Etude comparative de gestion des structures d'aide à domicile dans le département des Yvelines

Etude comparative de gestion des structures d'aide à domicile dans le département des Yvelines

Date : Publié par Tags : étude, aide à domicile

 

Les deux plateformes des services à la personne du département des Yvelines, CIMAP et AMADOM, ont souhaité mener une étude comparative sur la gestion de 30 structures parmi leurs adhérents, représentatives de l’ensemble des structures d’aide à domicile.

 

Cette étude menée en 2013 permet de développer plusieurs points, dont :

 

  • L’approfondissement de la connaissance des structures d’aide à domicile, en analysant les paramètres de leur gestion et de les comparer à leurs homologues.
  • La détermination pour chaque structure du coût complet d’une heure d’intervention et la décomposition de ce coût.
  • L’identification des bonnes pratiques qui concourent justement à une bonne performance économique des structures du métier.
  • La formation d’un observatoire de la profession afin de disposer d’indicateurs d’analyse et de benchmark, constituant de véritables points de repère afin d’envisager leur évolution et d’assurer leur pérennité.

 

Parmi les principaux enseignements :

 

1. Le secteur de l’aide à domicile est structuré de la façon suivante :

  • Les entreprises : Elles sont nouvelles sur le secteur : entre 5 et 7 d’existence, souvent de taille modeste. Elles sont fragiles sur le plan financier, leurs résultats économiques sont faibles, elles disposent de fonds propres très réduits et n’ont aucune marge de sécurité.
  • Les associations : Elles ont une véritable antériorité sur le secteur, leurs résultats économiques sont supérieurs à ceux des entreprises, elles disposent de moyens importants.

L’étude fait ressortir un élément important : La moyenne du résultat net des associations est largement supérieure à celle des entreprises.

 

2. Concernant les coûts directs des prestations aux personnes âgées et handicapées, l’étude démontre un coût plus élevé pour les structures à faible volume horaire ; ce “surcoût” s’explique par le temps non facturable (difficultés liées à la gestion du planning en phase de démarrage). Cette donnée vient à se corriger pour les autres types de structures. En revanche, nous constatons une forte augmentation du coût pour les structures dont le volume horaire est supérieur à 2.500 heures, en particulier, au niveau des charges sociales. Les structures en zone rurale ont un coût plus élevé pour principalement deux raisons :

  • Elles rémunèrent davantage leurs intervenantes.
  • Les frais liés aux déplacements sont très élevés.

Nous constatons également que les associations ont un coût direct plus élevé que les entreprises. Deux raisons dominent :

  • Elles rémunèrent légèrement mieux les intervenants.
  • L’application de la convention collective (B.A.D) entraine un surcoût pour les associations.
  • Les charges sociales sont plus élevées notamment la taxe sur les salaires et les taxes spécifiques pour les structures qui dépassent 10 et 20 ETP (effort construction, formation continue etc…).

Il y a peu de différence notable en matière de coût direct entre les organisations lorsqu’il s’agit de prestations de confort (ménage) ou de garde d’enfants.

 

3. Lorsque l’on regarde de plus près les coûts complets pour les personnes âgées, on observe que ce sont les activités de communication et l’accueil et la gestion des RH qui coûtent chers aux petites structures. Les coûts complets des associations sont inférieurs à ceux des entreprises. Cela s’explique par le niveau de développement des associations. Les structures sont plus importantes, ce qui permet de mutualiser plus facilement l’ensemble des activités de support et d’encadrement. Cependant les coûts complets sont très proches entre les deux types de structures (entreprises et associations) lorsqu’il s’agit de prestation et d’accompagnement auprès de personnes handicapées.

 

4. Les principales difficultés rencontrées par les entreprises du secteur de l’aide à domicile sont le fort turnover ainsi les difficultés de recrutement.

 

Retrouvez tous les résultats en détail en téléchargeant le rapport.

 

Prenons rendez-vous dès maintenant


Votre message a bien été envoyé

Galaxy Conseil
3 rue Bellanger
92300 LEVALLOIS PERRET

du lundi au vendredi
de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00

Téléphone : 01 78 74 42 03